Requalification du centre-ville ! Combien et quand ?

Tout d’abord sur quelle partie de Nogent porte cette étude ? Vous trouverez la réponse sur le plan à la fin de cet article.

Que retenir de la réunion publique d’hier soir ?

Le projet présenté par le cabinet Inddigo est certes ambitieux, mais de nombreuses zones d’ombres sont apparues au cours de l’exposé, le projet se bornant, pour l’essentiel, à envisager la réfection de certaines rues, la disparition de certains trottoirs, la suppression de places de parking dans les rues de l’hyper-centre (reportées sur les parkings existants actuellement, Place de la Halle, Place d’Armes, Parking rue Paul Fournier) et la diminution de la durée de stationnement en zone bleue (1/4 d’heure, pour acheter son pain oui, mais pour aller chez le coiffeur, c’est un peu juste non?).

Quid de l’avenue Casimir Périer (axe prioritaire, car c’est l’accès au centre-ville depuis la gare) ?

Quid du commerce du centre-ville ?

Quid du stationnement des habitants du centre-ville ?

Quid du coût ?

Quid du calendrier et des délais de réalisation ?

La plupart des questions posées par le public n’ont pas obtenu de réponse concrète… comme d’habitude.

Sur les 2 derniers points, nous avons essayé d’en savoir plus. Sans plus de succès que les autres intervenants.

Sur le coût de ce projet, nous n’avons obtenu aucune réponse. Hugues 1er ayant simplement répondu qu’à ce stade de l’étude, aucune estimation n’était possible.

Et pourtant, Hugues 1er a été maire adjoint chargé de l’urbanisme pendant plus de 2 décennies.

Il en a fait et refait des rues et des trottoirs en un peu plus de 20 années de mandat et avec différents matériaux (enrobés noirs, vieux pavés, pavés autobloquants, etc.). Il a donc forcément en tête des ratios au m².

Il peut aussi facilement obtenir les surfaces des rues à refaire (au cas où il aurait oublié, une surface, c’est égal à la longueur multipliée par la largeur).

Donc quoi de plus facile, une fois que vous avez le nombre de m² et le coût au m² que de calculer le coût global. Là encore une simple multiplication suffit.

Alors comme nous n’avons pas pu obtenir de réponse et, comme il l’a fait fort justement remarqué, nous avons quelques compétences dans ce domaine, nous avons essayé d’évaluer le budget global.

Certes, ça dépend des matériaux employés et de nombreux aléas (enfouissement des réseaux, éclairage public, réfection des canalisations enterrées, espaces verts, vidéo surveillance, vidéo verbalisation en zone bleue, etc) que nous ne connaissons pas et qui peuvent très rapidement devenir plus que des détails en termes de coût.

En l’absence de ces renseignements, nous pouvons estimer le coût global à environ 7,5 millions d’euros, à plus ou moins 20%, marge d’erreur souvent utilisé par les bureaux d’étude au stade d’un APS (Avant Projet Sommaire). Soit en gros entre 6 et 9 millions d’euros.

A cela viendront s’ajouter les honoraires divers (maîtrise d’œuvre, études géotechniques, topographie, SPS, enfouissement des réseaux aériens, etc.).

Comme on peut le constater, l’enveloppe peut très vite grimper et avoisiner les 10 millions d’euros, voire plus… !

Nous n’osons croire qu’Hugues 1er n’a pas fait ce calcul et nous comprenons mieux sa réflexion : « Nous ne ferons les travaux que si le budget de la ville le permet »

Autrement dit, encore une étude qui ne sert à rien… ! Car nous ne pensons pas Hugues 1er prêt à dépenser 10 millions d’euros pour embellir sa ville qu’il dit pourtant tant aimer. Peut-être que l’homme aime effectivement sa ville, mais le retraité comptable qu’il est n’aime que les chiffres. Il nous le démontre tous les jours depuis son élection… !

Quant au calendrier, nous avons compris que ces travaux se feraient en 7 ou 8 tranches.

Selon Hugues 1er, la 1ère tranche (parking de la place d’Armes, rue de l’Etape au Vin et rue de l’Hôtel Dieu) sera terminée en 2019.

Là aussi, il cherche à nous enfumer. Essayons d’être réalistes. Nous sommes mi-juin 2018. Il faut d’abord que le conseil municipal décide de lancer les travaux et désigne un maître d’œuvre. Ça va prendre (avec les vacances à venir) 3 à 4 mois. Soyons optimistes, et parions que le Maître d’Œuvre sera désigné fin septembre. A partir de là, il va falloir que ce Maître d’Œuvre fasse les études et le chiffrage pour présenter l’APD (Avant Projet Définitif) au Conseil Municipal pour que celui-ci valide l’APD et autorise les travaux. Là aussi, soyons optimistes et donnons-lui 3 mois. Nous sommes à la fin d’année 2018, début d’année 2019. Ensuite le maître d’Œuvre doit faire les plans d’exécution et écrire les DCE (Dossiers de Consultations des Entreprises), disons 1,5 mois puis après il y a les délais de consultations des entreprises encore 1,5 mois, délai légal pour la réponse aux AO (Appels d’Offres) des marchés publics. Nous sommes fin mars 2019.

Ensuite il faut rédiger les marchés, les faire signer, laisser un peu de temps de préparation aux entreprises, 1 à 2 mois nous paraît un minimum. Nous sommes donc déjà en juin 2019. Comme nous l’avons indiqué à Hugues 1er , les travaux démarreront au mieux à l’été 2019. Ce dernier a beau prétendre qu’ils démarreront à la mi-2019, nous ne voyons pas bien la différence, le 1er juillet étant en été et situé juste à la moitié de l’année… ! Donc nous sommes d’accord sur ce point.

Par expérience, Hugues 1er n’ignore pas les difficultés que peuvent rencontrer les entreprises lorsqu’elles doivent intervenir dans des rues existantes et le temps que ça prend, d’autant plus qu’elles ne vont pas pouvoir condamner complètement les rues de l’Etape au Vin et de l’Hôtel Dieu où il faudra au minimum laisser l’accès aux commerces ainsi qu’aux services de secours. Les travaux vont donc devoir se dérouler en plusieurs phases. Quand on voit le temps que prennent les travaux de la vieille route de Bray (travaux commencés en novembre et à ce jour pas encore terminés), on peut difficilement croire que les travaux seront terminés en 4 mois, soit avant l’hiver, d’autant plus que l’automne peut être pluvieux, ce qui retardera obligatoirement les travaux.

On sait qu’il est toujours très difficile de travailler dans le BTP en hiver, donc au mieux, nous pouvons espérer une fin des travaux au printemps 2020, juste pour les prochaines élections municipales.

Et ensuite, quid des autres tranches, puisqu’il nous a indiqué qu’il y aura 7 à 8 tranches.

Il restera 6 à 7 tranches à faire et son mandat de maire sera terminé. Est-ce qu’il se représentera à 72 ans pour se succéder et lancer les autres tranches ?

Comme le disait Shakespeare: That is the question… !

Voilà pourquoi nous pensons que ce projet très ambitieux n’ira pas à son terme!

Requalif centre ville plan

Publicités
Publié dans Non classé

Requalification Centre Ville

Lundi à 19h00 à l’Agora, réunion publique sur la requalification du Centre Ville.

Requalif centre ville

Publié dans Non classé

Conférence « les vitraux de l’église Saint Laurent à travers les âges »

Demain après-midi à 14h30 au Théâtre, à l’initiative de l’association Connaissance Sauvegarde Valorisation des Patrimoines Nogentais (CSVPN) conférence sur les vitraux de l’église Saint Laurent à travers les âges ».

C’est avec:

  • Nicolas Dohrmann, Directeur des Archives Départementales et du Patrimoine de l’Aube
  • Anne-Claire Garbe, chef de projet de la Cité du Vitrail de Troyes
  • Alain Vinum, Maître Verrier de Troyes

Entrée gratuite.

CSVPN vitraux

Publié dans Non classé

Concerts gratuits à l’Agora

Demain soir, à partir de 20h30 à l’Agora, et dimanche après-midi (16h00) concert gratuit de l’Intrépide et l’Ensemble de Trombones et de Tubas de Troyes.

Venez nombreux

CONCERT

Publié dans Non classé

Hugues 1er doit-il démissionner ?

Après le PLU (voir notre article du 29 mai dernier), Hugues 1er a démontré une nouvelle fois, hier soir, en réunion de Conseil Municipal, son incapacité à gérer la commune de Nogent sur Seine, dans l’intérêt de sa population.

Après avoir pris la décision de tuer le développement économique de Nogent, au travers d’un futur PLU qui va à l’encontre de tout ce que font toutes les communes qui cherchent par tous les moyens à attirer des investisseurs, Hugues 1er a démontré hier soir que son entêtement à réduire l’endettement de la ville (qui n’est pas surendettée loin s’en faut et surtout bien moins que les communes qui ont un vrai projet de santé validé par l’ARS, Agence Régionale de Santé) l’était au détriment de la santé des Nogentaises et des Nogentais.

Vous trouverez ci-dessous le texte que nous ont fait parvenir nos amis élus de l’opposition (opposition constructive qu’ils essaient d’avoir avec Hugues 1er , en vain) Estelle, Corinne, Loïc et Thierry.

Nous le relatons dans son intégralité et y ajoutons-les cartes, établies récemment par l’Agence Régionale de Santé (l’ARS) qui ont été distribuées, hier soir, à l’ensemble des conseillers municipaux.

***********

En matière de santé publique, Nogent-sur-Seine est devenue invisible

Mercredi 30 mai, le conseil municipal s’est prononcé sur le recrutement par voie contractuelle d’un second médecin salarié, la voie administrative ayant échoué. Avec les élus de mon groupe, nous avons saisi l’occasion qui nous était présentée pour regretter l’évolution de ce dossier essentiel pour les Nogentais. En effet, Nogent, ville Sous-Préfecture, est devenue invisible aux yeux des pouvoirs publics en matière de santé. Les cartes ci-dessous, résultat des travaux entre l’Etat et le Département pour identifier les maisons de santé pluridisciplinaires ayant reçu l’agrément de l’Etat (plus précisément de l’ARS) illustrent ce propos. Notre ville a disparu des cartes, tout cela car M le Maire n’a pas souhaité travailler un projet construit, cohérent, et en partenariat avec les professionnels de santé. Le résultat est un grand vide …

« Monsieur le Maire,

Avec ce rapport, plusieurs observations s’imposent :

  • La première c’est que vous dressez vous-même un constat d’échec. Plus précisément vous dressez le constat de votre propre échec en matière d’offre de santé. De toute évidence, si certains arrivent à recruter, et je pense notamment à Villenauxe, vous vous n’y parvenez pas. Pourquoi ?
  • Et c’est la seconde observation : vous nous avez vendu le fait que les médecins aujourd’hui voulaient être salariés. Que ce statut leur offrait une garantie et c’est ce qui vous a d’ailleurs conduit à mépriser autant les généralistes libéraux de Nogent, persuadé que vous étiez de trouver une solution sans eux. Or, on voit bien que le salariat ne change rien à cette recherche. Au contraire, cela vous égare sur de mauvais chemins.
  • Et j’en viens donc à ma 3è observation ; ce n’est pas tant le statut qui pose problème. Le problème, c’est celui de l’environnement professionnel. Et j’entends par là, non seulement la confiance qui devrait exister entre les responsables publics et les professionnels de santé, mais j’entends également le dynamisme de la ville (qui n’est plus qu’un souvenir), l’attractivité du lieu où s’exerce la profession, et c’est là que votre bâtiment de santé à bas coût démontre son inutilité et son incapacité à attirer des médecins. D’ailleurs, vous avez devant les yeux une carte du département.

On a tenu à vous la distribuer afin de vous démontrer que votre projet n’est pas bon, il n’est objectivement et médicalement pas bon. Ce n’est pas nous qui avons dressé cette carte.

C’est celle du « schéma départemental d’amélioration de l’accessibilité des services au public », qui a été adopté il y a quelques jours seulement. Pour ceux d’entre vous qui ne connaissent pas totalement le principe de ce schéma, il s’agit en fait du programme d’actions destinées à renforcer l’offre de services dans les zones qui présentent un déficit d’accessibilité de services.

Il est réalisé conjointement par l’Etat et le Département. Et dans cette carte, que voit-on. Que cherche un médecin aujourd’hui ? Il ne veut plus travailler seul, il va alors chercher à travailler au sein d’une équipe pluridisciplinaire. Il ne veut plus assumer seul les charges de fonctionnement, il va donc chercher à partager les coûts ; il cherche aussi à travailler en lien avec d’autres professionnels de santé pour mieux s’épanouir et suivre au plus près la prise en charge de son patient, il cherche à concilier au mieux sa vie professionnelle et sa vie privée pour éviter de travailler 70h/semaine. Pour répondre à ces critères, il va donc chercher à intégrer une maison pluridisciplinaire car c’est un gage de qualité dans laquelle il va trouver un projet de santé, réalisé par des confrères motivés, ayant reçu le soutien des responsables politiques, dans un cadre labellisé par l’Agence régionale de santé…Voilà ce que cherche notre médecin généraliste. Or, que voit-il ici ? Il voit des maisons pluridisciplinaires existantes ou en devenir : il n’a plus qu’à comparer et à choisir.

Mais sur cette carte, il n’aura échappé à personne que Nogent, ville sous-préfecture est invisible, nous n’existons pas.

C’est donc par vos erreurs, vos décisions, que Nogent se voit balayé de la carte médicale pour au moins ces 5 prochaines années puisque la légende de carte du bas envisage l’horizon 2023 !

Le schéma de santé nous ignore par votre faute, c’est votre responsabilité.

Et ce n’est pas ce rapport, ni votre attitude habituelle de pleureuse qui rejette constamment la faute sur les autres, qui pourra changer les faits. Car les faits sont le résultat de votre politique au rabais, sans vision.

C’est pourquoi, j’invite les élus de la majorité à réfléchir aux faits que viens de porter à votre connaissance. En votre for intérieur, considérez-vous que cette situation est satisfaisante ? Est-ce pour ce résultat que vous vous êtes engagés ?

Alors, pour manifester notre mécontentement, à l’encontre de votre politique de santé, nous allons nous abstenir de voter ce rapport en demandant que soit préciser notre vote en ces termes : « nous ne sommes pas solidaires de votre politique de santé au rabais, sans vision et totalement irresponsable qui exclut Nogent-sur-Seine des projets départements et régionaux en matière de santé ».

Situation mai 2018Projet 2023

Publié dans Maire, Non classé

Dites NON au futur PLU

Scandaleux, honteux, inadmissible, trahison, inconscience, manque d’ambitions, les mots nous manquent pour qualifier la dernière trouvaille du maire de Nogent !

Alors que le site internet de la ville vante le positionnement de Nogent, à 100 km de Paris avec la trimodalité (taper le lien suivant http://www.ville-nogent-sur-seine.fr/index.php/economie/les-atouts.html), alors que l’électrification de la ligne 4 de la SNCF est en bonne voie, alors que la Seine à grand gabarit est de plus en plus d’actualité, alors que le « Grand Paris » va obliger des entreprises à se délocaliser, Hugues 1er veut faire de Nogent-sur-Seine, une ville dortoir à l’image de certaines villes de la banlieue parisienne !

Vous avez bien lu, Hugues 1er veut faire de Nogent-sur-Seine, une ville dortoir à l’image de certaines villes de la banlieue parisienne, avec tous les inconvénients qu’on connait !

Vendredi dernier, une réunion publique avait lieu pour présenter le futur Plan Local d’Urbanisme (PLU) qui va gérer le développement de Nogent pour les 20 à 30 ans à venir.

Nous citons les propos tenus par le Maire devant la quarantaine de personnes présentes (nous possédons l’enregistrement audio complet de cette réunion).

 » En terme de développement économique, la municipalité ne revendique plus une expansion importante « .

En d’autres termes, Nogent n’accueillera plus de nouvelles entreprises. Pire même, un certain nombre de secteurs réservés pour de futures zones économiques dans le PLU actuel vont être reclassés en zones agricoles, voire en zones naturelles, par définition zones inconstructibles, alors qu’environ la moitié du territoire nogentais non construit à ce jour est déjà classé en zone naturelle du fait du PPRI (Plan de Prévention des Risques d’Inondations).

Fini le développement des entreprises nogentaises, fini l’installation de nouvelles PME créatrices d’emplois.

Alors que toutes les villes cherchent à attirer de nouvelles activités industrielles, artisanales, commerciales, Hugues 1er va à contrecourant en s’interdisant la possibilité de développer Nogent et en interdisant à ses successeurs de le faire.

Il fallait oser !

Comment compte-t-il maintenir le niveau de qualité de services (associations, infrastructures, équipements sportifs et culturels, services publics,…) alors que les dotations de l’État sont en baisse constante et que seul l’impôt, et en particulier celui des sociétés, permet à la ville d’avoir des ressources confortables ?

Les entreprises donnent du travail aux Nogentais et attirent de nouveaux habitants, ce qui favorise le commerce de proximité.

Comment compte-t-il redynamiser le commerce local en empêchant Nogent d’attirer de nouveaux habitants. En créant des zones pavillonnaires pour devenir la grande banlieue de Paris ?

Où vont aller travailler nos enfants et petites enfants dans les années qui viennent ? A Romilly, à Provins, à Troyes, à Paris ? Ou pire, va-t-il falloir que leurs parents et grands-parents quittent leur emploi pour qu’ils trouvent du travail à Nogent?

Ce n’est plus un mandat fait d’immobilisme qu’il nous propose, c’est désormais un mandat pour régresser.

C’est tout simplement une catastrophe !
Ces propos et le contenu du PLU qui fige pour des décennies l’avenir de notre ville, vont, à l’évidence, réjouir nos voisins de Romilly, Sézanne, Provins, et même plus loin. Car eux, ils ont bien compris qu’une commune a besoin de développement économique pour assurer les services à la population…

Si on prend ce virage-là, alors Nogent est définitivement perdu, se met en situation de faiblesse voire d’échec et sera, demain, absorbé par Romilly.

Avec nos élus, Estelle Corinne, Loïc et Thierry, avec tous ceux qui ne veulent pas voir Nogent mourir à petit feu, avec tous ceux qui nous soutiennent, nous ne pouvons nous résigner à cette idée !

Quel gâchis… alors qu’il est tout à fait possible de créer des zones économiques tout en interdisant les entreprises les moins respectueuses de l’environnement au travers du règlement de ces zones.

Nous vous invitons à aller nombreux à la mairie, au service de l’urbanisme, pour inscrire, sur le registre mis à disposition du public, votre désaccord complet sur ce projet de PLU.

Vous avez jusqu’au 11 juillet, après il sera toujours possible de le faire dans le cadre de l’enquête public, mais ce sera beaucoup plus compliqué de faire modifier le zonage tel qu’il est prévu aujourd’hui.

projet zonage

 

Publié dans Maire, Non classé

Conseil Municipal mercredi 30 mai.

Ci-dessous, l’ordre du jour de la prochaine séance publique du Conseil Municipal qui se teindra mercredi 30 mai à 20h30, salle du Conseil.

CM DU 2018.05.30

Publié dans Non classé